LOrdre de Malte engagé volontaire

Aujourdhui, dans la crise très grave qui frappe le Liban, d eux problèmes sont urgents :

Ø Limportance du flux des réfugiés des différentes zones frappées par les opérations militaires, estimés à ce jour à plus de 500 000, dont 50% sont des enfants ;

Ø La détresse des populations prises au piège des zones de combat, ou limitrophes de ces zones, et qui ne peuvent plus compter, pour leurs besoins immédiats, que sur les organisations caritatives ou les ONG.

LOrdre de Malte est présent dans plusieurs des zones critiques, notamment au Liban Sud, Bekaa, Grand Beyrouth.

La première urgence à traiter est celle de la pénurie des produits de base (produits alimentaires, fuel pour générateurs et électricité, médicaments, etc) qui touchera la majeure partie de la population (surtout les plus pauvres).

L Ordre de Malte a concentré ses efforts sur les soins de santé et a pris en charge :

1) lacheminement de lots de médicaments ;

2) les soins médicaux et la fourniture de médicaments à certains Centres de regroupement de réfugiés ;

et veille à assurer un stock de médicaments pour permettre de faire face à une période prévisible de pénurie.

Traditionnellement engagé dans lacheminement contrôlé de médicaments, lOrdre de Malte fait de cette action une priorité, tant au travers des médicaments collectés que par lachat de médicaments.

Toute cette situation implique naturellement des fonds importants, notamment en prévision de la durée du conflit.

Pour soutenir notre action au Liban :

Ordre de Malte France LIBAN
42 rue des Volontaires
75015 Paris

DOSSIER DE PRESSE

LIBAN

LES CENTRES DE LORDRE DE MALTE AU LIBAN AU CUR DE LA CRISE

L Ordre de Malte a concentré ses interventions prioritairement sur les soins de santé ( en particulier au Centre de Roum - Caza de Jezzine, où lOrdre prend en charge lessentiel des problèmes des 200 familles - soit plus de 1000 personnes - réfugiées dans la zone, au niveau médical et alimentaire) .

Selon les informations recueillies auprès des Centres de lOrdre de Malte sur place et auprès des ministères de la Santé et des Affaires Sociales, les difficultés viennent essentiellement de lorganisation à mettre en oeuvre pour assurer :

§ Le regroupement et logement des réfugiés (qui se fait actuellement dans les écoles vides à cause des vacances dété) ;

§ Lorganisation de la salubrité des lieux de regroupement et leur installation de base ;

§ Lapprovisionnement alimentaire et en produits de 1ère nécessité (hygiénique, etc.) ;

§ Lassurance des soins médicaux et des médicaments.

La psychose de guerre a cr éé chez la population une prise dassaut des supermarchés, des pharmacies, des distributeurs de fuel, dans un but de stockage de sécurité, cette psychose accélérant, malheureusement, le risque de pénurie.

La mobilisation des hôpitaux est totale et ils sont tout à fait opérationnels. En revanche, le transfert des blessés des zones des opérations militaires vers les hôpitaux est toujours difficile, la Croix Rouge Libanaise assurant cette mission avec beaucoup de dévouement.

LOrdre de Malte agit dans plusieurs des zones critiques, notamment :

Liban Sud :

§ Centre de Marjeyoun ;

§ Centre de Yaroun (locaux inaccessibles et services de soins transférés à Rmeich) ;

§ Centre de Siddikine (locaux inaccessibles services transférés) ;

§ Centre de Roum (limitrophe des zones de combat opérant à pleine capacité médicale et sociale) ;

Bekaa :

§ Centre de Barqa (limitrophe des zones de combat de Baalbek - opérant à pleine capacité médicale et sociale).

Grand Beyrouth :

§ Centre Saint Jean-Baptiste - Ain el Remmaneh (zone limitrophe des zones de combat de la banlieue Sud opérationnel avec soins médicaux Centre de réfugiés).

RESUME DE LA SITUATION OPERATIONNELLE DES CENTRES DE LORDRE SOUVERAIN DE MALTE

LIBAN SUD

Yaroun Rmeich

Accolé à la frontière israélienne, le village a été vidé de ses habitants sous la menace ; toute la zone qui lentoure est bombardée et fait lobjet dincursions militaires. Tous les habitants du village se sont réfugiés dans la bourgade voisine de Rmeich qui a reçu jusquà aujourdhui de 15 000 à 20 000 réfugiés venant des villages voisins de Aita el Chaab, Aitaroun, Maroun el Ras, Bint Jbeil,

Du fait de la non-accessibilité de Yaroun, le médecin responsable du Centre de Yaroun, le Dr. Raed el Alam avec qui nous avons un contact téléphonique régulier, a ouvert une antenne de lOrdre de Malte attenante à sa clinique à Rmeich . Il y assure la plupart des soins. Du fait de sa position, Rmeich est en situation de détresse : manque de médicaments, de lait pour enfants, de pain, deau potable, sans compter la difficulté de transfert des patients qui ont besoin dhospitalisation.

Le Ministère des Affaires Sociales a pu faire parvenir 300 rations alimentaires de famille aux réfugiés de Aita el Chaab, de même Caritas a fait parvenir 1 000 rations de pain.

Un lot de médicaments a pu être envoyé par lOrdre de Malte en coordination avec le convoi de la Croix Rouge dimanche 23 juillet.

Marjeyoun

Comme Rmeich, la bourgade de Marjeyoun échappe aux bombardements directs mais la plupart des routes daccès et des secteurs environnants sont sous le feu.

Le Centre dessert des services de soins aux déplacés des villages avoisinants, soumis aux bombardements. LOrdre de Malte a envoyé un stock de médicaments à Sur Hélène, en charge du Centre de Marjeyoun, qui coordonne également ses actions avec la Direction de lHôpital Gouvernemental de Marjeyoun.

Siddikine

Le village a été bombardé, le Centre est inaccessible. Les communications sont très difficiles. La responsable du Centre regroupe son équipe et entame les activités.

Roum Caza de Jezzine

Pleinement opérationnel tant sur le plan médical que sur le plan social, ce centre est situé dans une zone à la limite des zones de confrontation directe.

Outre les soins médicaux quil continue dassurer, le Centre se propose de soccuper directement de la majeure partie des besoins des ± 1000 réfugiés (180 familles) installés dans les écoles de la région. Une très grande partie des personnes déplacées sont des enfants.

BEKAA

Barqa

Limitrophe de la zone de Baalbek qui est zone de guerre, le Centre est pleinement opérationnel et a commencé depuis le Lundi 17 Juillet 2006 à assurer les soins médicaux aux réfugiés qui ont afflué à leurs villages dorigine de la zone de Baalbek.

Le nombre de patients reçus par jour a doublé par rapport à lactivité moyenne du centre en temps normal.

GRAND BEYROUTH

Ain el Remmaneh

Situé à quelques centaines de mètres des zones visées par les bombardements, le Centre est opérationnel .

Il assure les services de santé et la fourniture de médicaments à 2 centres de réfugiés attenants en attendant de former une équipe mobile qui interviendrait dans des centres plus éloignés.

LIBAN NORD

Khaldieh

Le Centre est pleinement opérationnel et assure la fourniture de médicaments et de vêtements aux populations déplacées, dont la moitié sont des enfants.

Les autres centres de lOrdre de Malte opèrent à plein régime dans leur région respective, et prennent les devants pour faire face rapidement à un flux de réfugiés où à un développement impromptu du conflit dans leur région.