Entreprise, actualités, résultats

Communiqué de presse - 21 Mai 2015 - Pour la 1ère fois, un expert de la transmission d’entreprises donne les clefs pour réussir la transmission d’une entreprise sans intermédiaire.

 

Dans son blog « www.reussir-sa-transmission.com  », Fabrice Lange donne l’opportunité aux chefs d’entreprise de connaître enfin les secrets et méthodes utilisées par les professionnels de la transmission d’entreprise pour trouver rapidement de bons repreneurs et pour vendre leur entreprise au meilleur prix.

 

Suivre les méthodes prouvées, simples et efficaces des professionnels de la transmission est le moyen le plus sûr de maximiser les chances d’obtenir le prix le plus élevé et de trouver « LE » bon repreneur pour son entreprise.

 

Un chef d’entreprise peut envisager de transmettre son entreprise pour partir en retraite, changement de région ou de pays, développer une nouvelle activité. Mais il se demande :

-             Par où commencer ?

-              Mon entreprise est-elle prête à être transmise ?

-              Suis-je moi-même prêt à quitter les manettes de l’entreprise pour une autre vie ?

-              Aurais-je assez d’argent après l’opération ?

-              Comment trouver un bon repreneur ?

 

Sur les 12 derniers mois, Fabrice Lange a accompagné plus de 25 chefs d’entreprise sur des questions de transmission ou d’ouverture de capital. Sur ces 25 opérations, plus de 22 ont abouti favorablement soit un taux de réussite qui se rapproche des 100%.

 

Dans son blog illustré d’exemples concrets, il révèle enfin aux chefs d’entreprise comment transmettre à coup sûr une entreprise.

 

La transmission d’une entreprise est une opération plus complexe que la vente d’un bien immobilier ou d’un commerce. Elle nécessite de suivre un processus strict et rigoureux.

 

Fabrice Lange révèle notamment sur son blog les erreurs à ne pas commettre si un chef d’entreprise ne veut pas ruiner ses chances de trouver le bon repreneur, les méthodes des professionnels pour obtenir une valorisation élevée d’une entreprise mais aussi les meilleures techniques de négociation des professionnels.

 

Ce blog est donc la meilleure chance de connaitre gratuitement les meilleurs conseils d’un expert en transmission pour réussir son opération sans intermédiaire.

 

http://www.reussir-sa-transmission.com

communiqué de presse12 octobre 2015 -  Il arrive fréquemment qu’un ou plusieurs investisseurs désirent prendre le contrôle d’une société cible mais n’ont pas la  capacité financière suffisante pour acquérir cette dernière.

Dans cette hypothèse, le montage consistant à faire acquérir la société cible par une holding de reprise peut apparaitre particulièrement intéressant puisqu’il confère un effet de levier. Actoria  vous propose de revenir en détail sur cette notion.

En quoi consiste le montage ?

Le montage consiste à faire acquérir une société cible par une ou plusieurs holdings.

Illustration : une personne A dispose de 100 000 euros et souhaite acquérir une société cible valorisée à 530 000 euros. D’autres investisseurs sont intéressés par le projet et souhaite y investir 75 000 euros.

  1. A créé une holding 1 et apporte 100 000 euros. D’autres investisseurs apportent 75 000 euros (soit 175 000 euros au total).
  2. La holding 1 contracte un emprunt de 50 000 euros et apporte 225 000 euros à une nouvelle holding 2.
  3. Cette holding 2 va pouvoir conclure, à son tour, un emprunt de 305 000 euros pour acquérir la société cible.
  4. L’emprunt sera remboursé grâce aux dividendes versés par cette dernière.

Dans ce schéma, on constate qu’avec un investissement de 100 000 euros, A se retrouve majoritaire d’une société valorisée 530 000 euros.

Pour une acquisition directe de la société cible, il lui aurait fallu, en principe, investir au moins 265 000 euros pour bénéficier d’au moins la moitié du capital.

Qu’est-ce qu’un effet de levier ?

Pour comprendre la notion d’effet de levier, il convient de prendre en compte ses différentes composantes.

Le rachat d’une société par une ou plusieurs holdings de reprise génère en effet un effet de levier :

  1. Sur le plan juridique
  2. Sur le plan financier
  3. Sur le plan fiscal
  4. Sur le plan organisationnel

Ces différents effets de levier forment la notion générale.

Qu’est-ce qu’un effet de levier juridique ?

L’effet de levier juridique permet à un acquéreur de prendre le contrôle de la société cible par une ou plusieurs holdings intercalées.

Le montage tire profit des mécanismes du droit des sociétés pour optimiser cette prise de contrôle par :

  1. Une rédaction d’un pacte d’associés
  2. Une éventuelle émission d’actions de préférence

Cet effet de levier juridique permet également de préserver la responsabilité de la personne à la tête du groupe en cas de difficultés quant au remboursement de l’emprunt (excepté dans certaines hypothèses, comme pour une faute de gestion).

Remarque : le choix du statut juridique de la holding de reprise joue un rôle primordial pour le dirigeant. La SAS est ainsi souvent conseillée en raison de la protection accordée à son dirigeant et de la grande liberté statutaire qu’elle offre.

Il convient également de préciser que plus le montage comportera de holdings et plus la gestion du groupe sera lourde et coûteuse.

Qu’est-ce qu’un #effet de levier financier ?

L’effet de levier financier consiste, pour la holding de reprise, à rembourser le montant de ses emprunts grâce aux dividendes perçus par la société cible.

Lorsque la #société acquise comporte des actifs inutiles, il sera possible de procéder à leur cession dans l’optique de générer des dividendes supplémentaires pour rembourser l’emprunt au niveau de la holding.

Conseil Lbdd : la réussite d’un tel effet de levier financier n’est possible que si la société cible génère un résultat suffisant pour permettre une distribution régulière de dividendes. Ainsi, le rôle de l’audit est primordial pour évaluer la rentabilité future de la société cible antérieurement à l’acquisition.

Qu’est-ce qu’un effet de #levier fiscal

L’effet de levier fiscal trouve sa consistance dans trois dispositifs qui peuvent être appliqués à un tel montage :

  1. Le régime mère-fille : permet une quasi-exonération fiscale lors de la remontée des dividendes de la société cible vers la holding de reprise
  2. La déduction fiscale des intérêts d’emprunt au niveau de la holding
  3. Le régime de l’intégration fiscale : permet, en cas de détention de la société cible par la holding de reprise à plus de 95%, de rendre la société tête de groupe seule redevable de l’impôt. Ce régime permet également d’exonérer totalement la remontée des dividendes et de procéder à l’imputation des déficits du groupe.

Remarque : pour pouvoir bénéficier d’un tel effet de levier fiscal, la holding de reprise et la société cible doivent être soumises à l’impôt sur les sociétés.

Qu’est-ce qu’un effet de levier organisationnel

Le montage permet d’être majoritaire à la tête de la #société cible. Cet effet de levier consiste donc :

  1. A dicter la politique de la société cible en vue de maximiser le profit pour permettre le remboursement de l’emprunt
  2. A conserver ou à modifier le dirigeant actuel de la société

La politique organisationnelle du groupe se doit d’être en adéquation avec l’intérêt de la holding de reprise pour permettre d’optimiser le montage.

Conclusion

L’effet de levier conféré par un tel montage ne peut être un succès que si de nombreuses analyses et simulations ont été réalisées en amont de l’opération. A ce titre, le choix d’un professionnel compétent tel qu'Actoria apparaît nécessaire pour offrir toutes les garanties du montage.

Par :

Luc BRZUSTOWSKI

Tel : +33(0)4 37 65 07 67

(http://www.actoria.fr)

Communiqué de presse - 1er septembre 2015 - Peu importe à quel stade de développement est votre entreprise, la transmission est dans la tête de chaque entrepreneur. Mais dès que l’on commence à penser à cette possibilité, les questions se bousculent dans votre tête.

Nombreux sont les obstacles qui n’attendent qu’à vous faire trébucher dans votre projet de transmission.

Depuis de longues années, j’ai eu l’occasion de constater que certaines erreurs revenaient systématiquement et j’ai souhaité ici vous les faire partager afin de vous aider à réussir votre transmission d’entreprise.

Il y a d’autres erreurs que celles évoquées dans cet article mais celles-ci sont les plus grossières et pourtant assez courantes !

Ainsi vous avez développé une entreprise et vous pensez maintenant à la transmettre.

Alors que nombre d’entre vous avez rédigé un business plan pour lancer votre affaire ou pour définir une stratégie de développement, peu nombreux sont les entrepreneurs à penser à définir un plan de sortie.

Peu importe si votre entreprise est de taille modeste, ou si vous avez déjà construit une marque à succès, voici les cinq principales erreurs à éviter lors de la vente de votre entreprise : Les 5 principales erreurs à éviter lors de la transmission.

Erreur 1. Penser que vous êtes prêt à vendre lorsque vous ne l’êtes pas

Pour la plupart des propriétaires d’entreprises, la transmission d’une entreprise est un événement unique dans une vie. Prenez du recul et analyser objectivement votre état émotionnel qui est pour l’instant entièrement investi dans votre entreprise et comment demain votre vie va radicalement changer quand vous allez quitter votre entreprise. Serez-vous aussi heureux et comblé de faire quelque chose d’autre ?

Vous aurez également besoin de poser des questions difficiles au sujet de vos attentes financières. Avez-vous une idée de la vraie valeur de votre entreprise ? Quels sont vos objectifs financiers personnels ? Avez-vous besoin d’aide pour réaliser cette transaction et si oui acceptez-vous de rémunérer des conseillers ?

Erreur 2. Penser que votre entreprise est prête à vendre quand elle ne l’est pas

Émotionnellement et financièrement, vous pourriez être impatient d’aller de l’avant. Mais quand est t-il de votre entreprise ? Certains facteurs peuvent réduire la valeur de votre entreprise dans une transmission ou même empêcher totalement la transmission de se réaliser. Par exemple : Avez-vous des contrats qui ne sont pas cessibles ? Avez-vous obtenu l’accord de la collectivité des actionnaires sur votre projet ? Votre clientèle est-elle concentrée sur quelques clients ?

Si vous avez répondu «oui» à l’une de celles-ci, vous pourriez avoir quelques problèmes sur la table à régler !

Ils peuvent sans doute être corrigés, mais cela prend du temps.

Identifier les problèmes qui peuvent être repérés facilement par tout repreneur, corrigez les avant de transmettre et si ce n’est pas le cas, annoncez-les aux repreneurs potentiels ainsi que les solutions que vous avez commencées à mettre en place.

De même, mettez-vous à la place d’un repreneur qui va réaliser un audit : enlevez tous les cadavres des placards et nettoyer votre entreprise, pas seulement vos bureaux ou installations mais aussi son organisation, sa gestion, etc…

Erreur 3. Ne pas avoir une équipe d’experts M & A expérimentés

Un boxeur professionnel ne va pas se battre contre un adversaire seul. Bien sûr, il va se retrouver seul sur le ring, mais à tout le moins, il a son coach, entraineur et agent juste derrière lui. De même, un repreneur s’entoure de conseillers financiers, fiscaux et juridiques pour prendre le contrôle d’une entreprise. Au minimum pour conclure une transaction, vous devez avoir à vos côtés un conseiller financier, un avocat d’affaires expérimenté ainsi qu’un professionnel qui peut vous fournir des conseils fiscaux solides.

Rappelez-vous: les repreneurs sont des pros. Si vous cherchez à vendre à un fonds d’investissement, vous devez connaître leur politique d’investissement pour comprendre la cohérence de l’acquisition de votre entreprise. Et si vous envisagez de vendre à un grand groupe, vous serez souvent en face de dirigeants très expérimentés dans votre domaine.

Vérifiez que vous disposez bien d’une équipe d’experts compétents à vos côtés qui peut non seulement anticiper les problèmes avant qu’ils ne surviennent, mais peut aussi vous aider à les résoudre lorsqu’ils se présentent.

Erreur 4. Supposer déjà connaître le repreneur de votre entreprise

Peut-être avez-vous un concurrent qui constamment vous demande de penser à lui dès que vous allez passer la main ? Ou peut-être vous avez reçu des appels d’un fonds d’investissement avec une fréquence croissante ?

Lorsque vous arrivez au stade de la transmission, il est tentant de prendre la première offre qui se présente et d’engager des discussions avec ce providentiel repreneur.

Mais le repreneur providentiel n’est pas souvent le bon repreneur.

En fait, beaucoup d’entre eux sont des coureurs de fond, et ils ne vous donneront pas ce que votre entreprise vaut vraiment.

Donc, de loin vous devez mettre aux enchères votre entreprise afin de maximiser sa valeur et surtout négocier avec au minimum 2 repreneurs jusqu’à l’obtention d’une lettre d’intention.

Erreur 5. Vous consacrer entièrement à votre projet de transmission

Tant que vous êtes propriétaire de votre entreprise, l’activité continue et vous ne devez pas lever le pied. Bien au contraire, les résultats de votre entreprise doivent rester votre priorité.

Le processus de transmission est important, mais cela ne devrait vous freiner dans les opérations quotidiennes et dans la poursuite des objectifs fixés pour votre entreprise.

Si vous décidez de ne pas vous engager sur un contrat important ou choisir de ne pas investir dans un équipement nécessaire parce que vous pensez que la transaction va bientôt se réaliser, c’est un risque que vous ne pouvez prendre.

Vous ne savez jamais si la transaction va aboutir, soit parce que les conditions proposées par le repreneur ne vous conviennent finalement pas, soit parce que le repreneur se désiste.

Pour de nombreuses raisons, les offres les plus prometteuses sont trop belles pour être vraies et souvent tombent à l’eau. Alors gardez la tête sur les épaules et ne considérez jamais qu’une transaction est faite tant qu’elle n’est pas signée – et reposez-vous sur vos conseillers de confiance pour vous accompagner sur le processus de transmission.

Enfin un dernier conseil, gardez toujours les pieds sur terres quelques soient les propositions que vous recevez et considérerez jusqu’à la dernière seconde de signature de l’acte définitif que rien n’est acquis avec un repreneur.

Les conseils de Fabrice Lange proviennent de nombreuses années d’expériences. En suivant ses conseils vous pouvez éviter de nombreuses erreurs et ainsi augmenter très fortement les chances de réussite de votre projet. Suivre ces conseils va mettre votre entreprise en pole position sur son marché pour attirer de manière magnétique de très nombreux repreneurs.

Pour la première fois, la Maison Smuggler invite le public à pénétrer dans ses ateliers de confection à Limoges pour découvrir les coulisses du dernier costumier français à assurer l'ensemble de sa production en France.

Les visites guidées seront organisées afin de présenter aux visiteurs le travail des ouvrières qui font de cette marque haut de gamme l'un des fleurons de l'industrie Made in France, première à avoir obtenu le label "Origine France Garantie" en 2011.

En ouvrant ses portes, Smuggler souhaite sensibiliser le grand public à son engagement pour le "produire français". Ces journées exceptionnelles seront aussi l'occasion de refaire son vestiaire en profitant de pièces Smuggler à prix d'usine.

 

Portes ouvertes Smuggler

Du 26 septembre au 3 octobre 2015, de 10h à 18h - Entrée libre et gratuite

Visites guidées quotidiennes (horaires à retrouver sur www.smuggler.fr)

10, rue Stuart Mill - 87000 Limoges

 

 

À propos de Smuggler : basée depuis 30 ans en France, Smuggler choisit en 2000 de s'associer aux ateliers France Confection situés à Limoges pour la production de ses modèles. La marque reste l'une des seules du secteur à avoir résisté à la délocalisation et conserve une production 100% française. La Maison de prêt-à-porter masculin qui revendique ce savoir-faire a ainsi été la première à recevoir en 2011 le label Origine France Garantie.

 

Contact presse : Jennifer JEAN - Agence FLAG - 01 58 60 24 24 - Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 

La maison Smuggler vient de révéler sa nouvelle campagne publicitaire TV et dévoile, dans un film réalisé par Walter Films, sa collection Automne/Hiver 2015/2016. 
Le champion d’équitation Kevin Staut, visage de la marque depuis l’été 2014, incarne l’homme Smuggler dans ce film tout en élégance et en décontraction. L’égérie présente des pièces alliant tradition et modernité, les valeurs phares de la marque, dernier costumier français à réaliser sa production sur notre territoire, à Limoges.
 
Le film a été réalisé par Walter Films, spécialisé dans la production audiovisuelle dans l’univers de la culture, de la mode et du luxe. La campagne est coordonnée par l’Agence FLAG, agence de relations presse multisectorielle, dont le pôle Made In France lancé il y a deux ans compte la marque Smuggler, ainsi que le salon MIF ExpoSabé Masson Perfumes & Soft PerfumesLifeboxPyrexBioseptyl, entre autres.
 
Pour voir le film, rendez-vous sur la page Facebook de la marque : https://www.facebook.com/135262453196154/videos/vb.135262453196154/1089461287776261/?type=2&theater
 
 
Nous restons à votre disposition pour tout complément d’information.
 
Jennifer JEAN & Anne-Laure REYNDERS
Agence FLAG
01.58.60.24.24
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Facebook : https://www.facebook.com/AgenceFlag
Twitter : @AgenceFlag 

 

 

Suivez-nous !

Suivez communique-de-presse.com sur Twitter afin d'être informé de toutes les actualités.Retrouvez tous les communiqués de presse diffusés et nos actualités sur notre page facebook.Rejoignez communique-de-presse.com sur LinkedInFlux RSS de toutes les catégories de communique-de-presse.com